Fallait-il en parler?

En réaction à l’article «Le prétendu “fils de Trump” perd ses armes» de la journaliste Isabelle Mathieu, paru le 13 juillet

Je trouve désolant que vous utilisiez les propos d’une personne en crise qui a visiblement besoin d’aide pour faire du sensationnalisme de bas étage. Certains journalistes utilisent leur tribune pour briser les tabous et diminuer les préjugés.

Vous faites tout le contraire. Est-ce que le nombre de clics en vaut la peine? Étaler au grand jour les moments les plus pénibles d’une personne en crise psychotique pour faire du faux journalisme?

Je suis déçue que votre journal vous laisse publier un tel texte. Il faut croire qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire...

Marjolaine Gascon Depatie, Longueuil

***

Réponse de la journaliste Isabelle Mathieu:

Merci d’avoir pris le temps de m’écrire. J’ai choisi de rapporter cette histoire, sans nommer l’individu, car il est à mon sens clair que le sujet de la maladie mentale et de l’accès aux armes à feu est d’intérêt public.