«Toux, éternuements, proximité, mains et surfaces de contact communes devront devenir nos ennemis. Masques, distance, désinfection de nos mains nos alliés», écrit l'auteur de cette lettre d'opinion.
«Toux, éternuements, proximité, mains et surfaces de contact communes devront devenir nos ennemis. Masques, distance, désinfection de nos mains nos alliés», écrit l'auteur de cette lettre d'opinion.

Éviter la propagation, aux citoyens de prendre la relève

André Verville
André Verville
Lévis
POINT DE VUE / Dans le débat qui ne fait que commencer sur le déconfinement et l’inévitable conséquence qu’en sera l’augmentation des cas de transmission, il y a une variable qui reste sous notre contrôle. Elle s’appelle R0.

On l’a appris récemment, le fameux R0, c’est le taux de reproduction d’un virus ou d’une bactérie d’une personne infectée à son entourage. Le R0 de la COVID-19 a un naturel élevé, mais ce naturel dépend en grande partie de nos habitudes de vie et de proximité et il varie en fonction de celles-ci. Faudrait donc pas se surprendre que des pays et lieux où on se touche et on s’embrasse aient été plus affectés par des taux élevés de transmission.

Les gouvernements ont imposé à tous les citoyens un R0 plus petit que un, par des mesures coercitives de confinement obligatoire. Ils n’avaient pas le choix. Mais le virus est malgré tout disséminé dans la population et on oublie toute tentative de le circonscrire et de l’éliminer, comme on avait fait pour son collègue le SRAS.

C’est maintenant aux citoyens de prendre la relève. Si nous sommes en mesure de maintenir ce facteur R0 sous la barre de un, la prévalence de la maladie ira en diminuant au fil du temps, parce qu’en moyenne, une personne infectée ne pourra pas en infecter plus d’une autre.

Toux, éternuements, proximité, mains et surfaces de contact communes devront devenir nos ennemis. Masques, distance, désinfection de nos mains nos alliés. Il est possible de baisser ce fameux R0, c’est d’ailleurs notre seule option si nous voulons reprendre un tant soit peu notre liberté avant que les laboratoires médicaux ne nous donnent un vaccin.

Le R0 nous appartient. C’est à nous de le maintenir le plus bas possible et c’est beaucoup mieux que de se le voir imposé par les autorités.