Au total, 27 municipalités au Canada interdisent aux restaurateurs d’offrir le service au volant.

Est-ce la fin du service au volant ?

OPINION / Nous recherchons tous des solutions repas à la fois pratiques, rapides, faciles et simples, surtout lorsque nous voulons sauver du temps.

Chaque fois que l’industrie agroalimentaire nous offre une solution pratique, l’environnement écope et le service au volant en est un bon exemple. Le service au volant a émergé durant les années 1970 et n’a pas cessé de se répandre. La plupart des grandes chaînes de restauration offrent un service à l’auto et les supermarchés s’engagent de plus en plus dans cette action. On retrouve le service au volant partout, mais plusieurs municipalités l’interdisent déjà.

Au total, 27 municipalités au Canada interdisent aux restaurateurs d’offrir le service au volant. Ces interdictions peuvent être partielles ou complètes, selon la ville. Dans la plupart des cas, il existe une clause de droits acquis permettant aux commerçants qui fournissent déjà ce service de poursuivre leurs opérations. Puisque de grandes agglomérations comme Vancouver, Toronto et Calgary sont privées de ce service, environ 24 % de la population canadienne vit au sein d’une ville assujettie à un interdit. Plusieurs autres villes dont Halifax et Edmonton envisagent d’emboîter le pas prochainement.

Bien sûr, les raisons incitant les villes à ne pas autoriser le service au volant varient énormément. Une approche différente à l’urbanisation d’une ville, une meilleure qualité de vie et un développement durable définissent les grands axes de leur motivation. Fait intéressant, dans aucun cas la priorité n’est mise sur l’importance de diminuer le taux d’obésité et de suggérer à la population de suivre un régime de vie axé sur la santé. Toutefois, on vante abondamment et à répétition la diminution de la pollution atmosphérique ainsi que la réduction des déchets et des engorgements. Bref, il semble y avoir un mouvement contre cette innovation qui fait partie de notre patrimoine depuis plusieurs décennies.

Il faut reconnaître que le service au volant n’entraîne pas que de mauvaises conséquences. Il permet une plus grande accessibilité aux consommateurs à mobilité réduite et facilite grandement la vie aux aînés en accédant à un bien ou un service tout en restant au volant de leur véhicule. En moyenne, un restaurateur doit investir entre 50 000 à 200 000 $ en installation pour offrir ce service.

En hiver ou lorsque la température maussade décourage les gens à sortir, un restaurateur peut tout de même augmenter ses ventes annuelles en permettant aux clients de demeurer au chaud, à l’intérieur de leur véhicule. Dans certains cas, le service au volant représente 40 % à 50 % du chiffre d’affaires d’un seul établissement. Autrement dit, la salle à manger d’un restaurant peut être vide, mais le commerce demeure profitable en raison du service au volant.

Les files d’attente diminuent à l’intérieur pour ceux qui prennent la peine de sortir de leur voiture et la propreté de l’établissement s’en trouve moins ardue, donc le restaurateur épargne sur la main-d’œuvre. Une bonne chose pour eux. De plus, certains argumentent que l’arrivée des voitures électriques d’ici quelques années pourrait miner le raisonnement environnemental derrière ces possibles interdictions.

Avouons qu’en 2019, émettre des restrictions sur le service au volant ne constitue peut-être pas une mauvaise chose non plus. Avec les applications par téléphone et la livraison de produits à domicile, la consommation alimentaire en solitaire devient possiblement un problème pour notre société. En effet, plusieurs études suggèrent qu’il y a un lien important entre l’obésité et le fait de manger seul. De plus, une étude récente de l’Université de l’Alberta mentionne que le service au volant fait aussi la promotion de la conduite avec un manque d’attention puisque l’on boit et l’on mange derrière le volant. Avec l’ajout des téléphones cellulaires, le manque d’attention au volant devient un fléau important.

Certes, ce service a rendu accros plusieurs d’entre nous qui manquent de temps et de mobilité. Le service au volant a permis à plusieurs restaurateurs de développer un marché intéressant, puisque pour bon nombre de gens une visite à l’intérieur d’un restaurant pour un simple café ou un sandwich constitue une perte de temps. Mais les villes se questionnent maintenant sur la pertinence du service pour plusieurs bonnes raisons.

En somme, peu importe ce que les villes choisissent de faire, l’industrie continuera d’innover. Mais une attention particulière sur l’environnement et le bien-être de nos sociétés doit assurément devenir une priorité pour tous.

L'auteur du texte est Sylvain Charlebois, professeur de distribution et politiques agroalimentaires aux facultés de management et d’agriculture à l’Université Dalhousie.