Une manifestation à Montréal, dimanche, contre le projet de loi sur la laïcité de l’État

Enfin une loi sur la laïcité de l’État

POINT DE VUE / Enfin! Une loi sur la laïcité de l’État. Finies ces discussions stériles qui ne convaincront jamais certains que le Québec est un état laïc. J’espère que se termineront aussi les ridicules atermoiements sur des accommodements «raisonnables», tous plus fallacieux les uns que les autres.

Personnellement, j’aurais préféré que l’interdiction du port de signes religieux s’applique aussi aux professeurs des maternelles 4 et 5 ans. Tant qu’à y être, pourquoi ne pas l’avoir inscrit d’emblée? À quoi sert cette concession? Les jeunes citoyens de 4 et 5 ans ont aussi droit à la laïcité des services de l’État. Quant au crucifix, son poids patrimonial aurait dû faire en sorte qu’il reste là où il est, à sa place. Ce n’était pas une concession nécessaire. Néanmoins, je loue la CAQ pour son courage et le ministre Jolin-Barrette pour tenir ainsi fièrement le gouvernail dans la tempête, solidement épaulé par notre premier ministre. 

À ce propos, les appels au calme de François Legault s’avéraient tout à fait de mise, et Valérie Plante aurait dû méditer là-dessus. Valérie Plante représente tous les Montréalais, parmi lesquels nombreux sont ceux qui appuient cette loi. Elle ne s’est vraiment pas grandie lors de sa virulente sortie contre la loi sur la laïcité, propos tirés davantage d’un columnist adepte du Québec bashing que de la mairesse de la métropole du Québec. Ensuite, ses atermoiements avant de dénoncer le maire Steinberg faisaient pitié. Mais tout compte fait, enfin l’adoption de cette loi sur la laïcité de l’État sera un grand pas en avant, une nouvelle Révolution tranquille dont le peuple québécois pourra se féliciter. Le peuple québécois est un grand peuple, fier et paisible, qui a su se construire une société où il fait bon vivre. Il soutient cette loi afin d’aller de l’avant dans le concert des États modernes et François Legault a raison de dire qu’au Québec, c’est ainsi que cela se passera.