François Legault, le chef de la CAQ

Du respect pour vos fonctionnaires

Encore ce matin, un politicien — François Legault pour le pas le nommer — mentionne qu’il faut réduire la taille de l’État et le nombre de nombreux fonctionnaires. Selon ses dires, ils seraient 350 000 qui donnent des services directs à la population et 200 000 associés à la bureaucratie!

Pus capable d’entendre ce discours!

Mais c’est quoi la bureaucratie? J’ai été fonctionnaire 32 ans dont 10 à titre de gestionnaire de programmes gouvernementaux au gouvernement du Québec dans plusieurs ministères et organismes dont à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), aux ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et à la Société d’habitation du Québec.

J’ai eu comme responsabilité d’atténuer les risques d’émettre des cartes d’assurance-maladie (carte soleil) aux personnes non admissibles, à gérer les équipes de fonctionnaires affectés à la révision de la formation des téléphonistes de la RAMQ afin que leur formation soit plus efficace et mieux adaptée. J’ai eu, avec mes fameux bureaucrates, à réviser l’énorme programme de prêts et bourses qui verse annuellement un milliard $, afin d’en contrôler les coûts et d’en réduire les incongruités et incohérences; à gérer des équipes déjà réduites (car associées à la bureaucratie) responsables de réviser les programmes d’études au secondaire professionnel (DEP) et les 110 programmes du collégial technique pour les adapter aux nouvelles réalités du marché du travail.

Encore avec du personnel réduit, j’ai géré les programmes d’adaptation de domiciles pour personnes handicapées et le programme AccèsLogis qui vise à donner des logements de qualité aux personnes vulnérables. Non, mes équipes ne donnaient pas le service direct, mais elles étaient responsables d’adapter le programme aux nouveaux besoins, d’analyser les demandes de construction de logements et de s’assurer qu’elles répondaient bien à un besoin réel. Car oui, il y a de nombreuses pressions de la part de maires, de propriétaires de terrains et d’organismes d’habitation.

Les fonctionnaires ont la responsabilité de donner des services, certes, mais aussi de bien gérer les fonds publics; d’adapter les programmes et services aux besoins réels, de s’assurer que cet argent va bel et bien aux personnes qui en ont le plus besoin; de conseiller les hautes autorités des meilleures décisions au bénéfice de la population et de résister aux nombreuses pressions politiques. Ce sont eux que l’on appelle les bureaucrates? Eh bien j’en ai été une toute ma carrière et j’en suis fière. Je suis certaine d’avoir très bien servi la population. 

Combien de fois ai-je répété à mes employés que notre responsabilité est double : donner de bons services aux citoyens et contrôler les deniers publics. Et oui, nous sommes des bureaucrates, mais avez-vous déjà évalué combien il en coûterait en gaspillage de fonds publics si ces bureaucrates ne jouaient pas leur rôle de contrôle au quotidien? Les citoyens ne connaissent vraiment pas la qualité des fonctionnaires du gouvernement. Des gens compétents et dévoués. Bien sûr, vous me direz que vous en connaissez qui ne font pas grand-chose. Il y en a malheureusement partout, ce n’est pas unique à la fonction publique. Je peux vous assurer qu’en 32 ans de service, je n’en ai pas côtoyé souvent. Mais j’y ai vu beaucoup d’employés très dévoués, compétents, et à votre service.

La fonction publique joue un rôle important pour tous les citoyens. Les fonctionnaires sont un chien de garde contre tous ceux qui voudraient bien avoir accès aux programmes (donc à votre argent) sans y avoir droit. Bien sûr que ça ne fait pas toujours l’affaire des politiciens qui souhaiteraient parfois avoir plus de liberté d’action.
Les messages négatifs sur notre fonction publique sont néfastes, empêchant notamment nos jeunes talentueux d’y adhérer. C’est ce que vous voulez vraiment?

Moi, je suis pu capable!

Sonia Léveillé
Gestionnaire retraitée du Gouvernement du Québec