Devenir prof en un an

POINT DE VUE / En réaction à l’article «Devenir prof en un an» de la journaliste Patricia Cloutier paru le 25 septembre.

Ce reportage me touche, à titre d’enseignant retraité toujours préoccupé par les conditions difficiles qui règnent, comme :

1- les conditions pédagogiques douteuses;

2- le traitement financier insuffisant qu’on leur sert;

3- l’image «infantile» des enseignants dont témoignent les dirigeants politiques, tels le gouvernement, les commissions scolaires et même la population en général, voire même les parents, souvent indifférents à l’égard de la vie scolaire de leurs enfants, de leurs remarques qui leur sont acheminées;

4- la considération publique, sinon négative, du moins proche de l’indifférence, envers la communauté enseignante dont on se soucie si peu;

5- le profilage alambiqué du statut professionnel des enseignants à qui l’on refuse de reconnaître le statut de professionnels. Comme pour les infirmiers.eres qui ont pourtant l’honneur de gérer leur activité, grâce à un ordre professionnel distinct de leur organisation syndicale.

Bref, les enseignants n’ont pas les statuts, ni le contrôle de leur activité professionnelle, ce qui donne prise, hélas, aux négligences, dérapages dans le profilage des candidats universitaires et, au final, à une certaine déstructuration dans l’action pédagogique.

En un mot, le corps enseignant, n’ayant aucun contrôle sur son activité professionnelle, ne peut en corriger le déroulement ni en configurer des solutions pertinentes, encore moins les imposer, faute de moyens et de pouvoirs professionnels. Et durant ce temps-là, les médecins, les juristes, les psychologues, les infirmiers.eres mènent leur propre barque avec autorité, assurance, car ils en ont les pouvoirs juridiques, pour ne pas dire politiques aussi.

Reconnaissons que les améliorations essentielles de l’enseignement sont assujetties à l’amélioration préalable du statut professionnel des enseignants, de leurs conditions de pratique professionnelle. De leurs pouvoirs d’intervention directs dans leur activité. On n’en sortira point autrement... À qui l’audace, le courage et la détermination ?