Désolée, M. Couillard

Notre premier ministre a démontré toute sa frustration envers les journalistes parce que ceux-ci n’ont pas dit ou écrit ce qu’il désirait voir et entendre.

Désolée et désolant, monsieur Couillard. Désolée, mais je n’ai pas aimé du tout votre sortie contre les journalistes. Ce sont eux qui posent les questions et c’est à vous d’y répondre! Désolant parce que vous n’avez pas tout le temps raison! Votre nouveau cabinet ne m’impressionne pas du tout parce que des ministres qui sont là depuis longtemps, trop longtemps, y sont encore. Votre jeu de chaises musicales ne trompe personne et c’est pour ça que vous êtes fâché. J’appelle votre remaniement un «show de boucane», vous ne trompez personne. J’irai même jusqu’à dire que c’est de valeur qu’on ne puisse changer de premier ministre lors d’un remaniement. C’est indigne d’un premier ministre de s’en prendre aux médias comme vous l’avez fait!

Madeleine Boucher, Québec

***

CÔTE-DE-BEAUPRÉ NÉGLIGÉE

Nous avons vu dans les dernières semaines la MRC de la Côte-de-Beaupré demander de l’aide financière afin, notamment, d’embellir le boulevard Sainte-Anne en prévision du passage chez nous des convois diplomatiques du G7. En circulant quotidiennement sur cette artère mal-aimée, un amoureux de sa région comme moi a pourtant vu dans les dernières années de nombreux édifices à condominiums pousser à quelques pas des chutes Montmorency ou remplir les terres agricoles le long du fleuve à L’Ange-Gardien où l’on a aussi fait des développements où l’arrière des maisons donne sur la 138. 

À Sainte-Anne-de-Beaupré, un véritable mur de terre accueille maintenant le visiteur pour cacher de nouvelles résidences qui, elles, profiteront de la vue sur le fleuve. Un nouveau centre médical réussit depuis peu à faire de l’ombre à la Basilique et n’offre à la 138 qu’un immense mur… de côté. Je rajoute à la liste des mauvaises herbes qui remplissent tranquillement le terre-plein de briques ou de ciment, notamment aux abords de la Basilique, une affiche «Bienvenue sur la Côte-de-Beaupré» érigée à grands frais qui n’est plus éclairée depuis longtemps, des champs en friche qui côtoient campings, concessionnaires, entrepôts, résidences, affiches publicitaires… Nos élus, négligents, animés d’aucune vision d’ensemble et cédant sans cesse aux promoteurs, acceptant n’importe quoi, devraient être gênés de quêter pour masquer leurs propres erreurs.

Maxime Roberge, Château-Richer