Dépendance totale

En cette fin d’après-midi, petite course à la quincaillerie de mon quartier. Je m’apprête à quitter le grand stationnement lorsque devant moi, clignotants d’urgence en fonction, une voiture bloque le passage pour tourner à droite. Une panne?

Soudain, un soupçon me traverse l’esprit. M’assurant que personne ne s’apprête à entrer par l’autre voie, je contourne le véhicule. Bref coup d’œil à ma droite : la conductrice parle au téléphone. Sa vitre est abaissée, la tentation est trop forte : un coup de klaxon bien appuyé la fait sursauter de quelques pouces. La voici revenue à la réalité! Celle d’une conductrice d’un certain âge pour qui l’urgence d’un appel justifie qu’on obstrue la sortie d’un stationnement où, pourtant, tout plein de places libres auraient pu l’accommoder. Téléphone intelligent? Il était bien seul à l’être.

Gilles Levasseur, Québec