Crise autochtone: le chemin difficile vers la coopération et le consensus

La crise qui frappe le réseau ferroviaire canadien est grave. L’économie du pays est en péril, du moins de la manière dont nous la concevons, et à l’évidence les autochtones ont trouvé dans notre réseau ferroviaire notre talon d’Achille.

Faut-il appliquer la loi et faire intervenir les forces policières, sinon l’armée? La situation est claire : il s’agit d’une véritable prise d’otage.

Mais la force aurait de graves conséquences, laisser le blocus des chemins de fer se poursuivre en a autant, sur un autre tableau.

Le Canada doit faire le bilan de plusieurs siècles de mauvaise attitude vis-à-vis des premiers habitants de cet immense territoire. Les autochtones fonctionnaient par consensus bien avant que nous débarquions sur leurs terres. Quand nos deux sociétés feront consensus que tout le monde est perdant quand la crise survient, nous commencerons je l’espère à mieux collaborer.

André Verville, Lévis