Mario Dion

Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique: pour une sélection ouverte et transparente

POINT DE VUE / Le commissaire fédéral aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mario Dion, serait contraint de quitter ses fonctions pour une longue période en raison de problèmes de santé.

Cela survient en même temps que l’annonce de la tenue d’une enquête sur les allégations selon lesquelles le bureau du premier ministre aurait exercé des pressions indues sur l’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould pour éviter un procès criminel à SNC-Lavalin.

Rappelons-nous que M. Dion avait promis, lors de sa nomination, d’imposer des amendes salées aux élus qui enfreignent les lois. Dans le cas SNC-Lavalin, M. Dion a d’ailleurs dit avoir des raisons de croire qu’il y a eu possible contravention à la Loi sur les conflits d’intérêts, laquelle interdit à tout titulaire de charge publique de tenter d’influencer la décision d’une autre personne dans le but de favoriser l’intérêt de toute autre personne.

Le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique (ou son remplaçant en cas d’absence) est nommé par le gouverneur en conseil (conseil des ministres qui agit pour et au nom du gouverneur général) après consultation des chefs de tous les partis reconnus aux Communes. Bien que le commissaire soit indépendant du gouvernement, puisqu’il relève uniquement du Parlement et non du gouvernement fédéral, il a néanmoins, entre autres mandats, celui de donner des conseils confidentiels au premier ministre sur des questions de conflits d’intérêts et d’éthique.

Ne sommes-nous pas nombreux à espérer que le gouvernement nous assure que le processus de sélection de l’intérimaire de M. Dion soit ouvert et transparent? Cela afin d’encourager la population à garder confiance en la démocratie canadienne et de nous assurer l’intégrité de nos institutions publiques. Espérons que M. Trudeau et ses principaux adjoints s’excluront de ce processus de sélection! Car «On n’est jamais si bien servi que par soi-même» est un proverbe qui a ses limites.