Château de cartes

Le virus à la menace immense de nature à fragiliser l’économie, créant une crainte grandissante, imposant un protocole rigoureux de prévention n’est plus pour les autres.

La distance sécurisante s’amenuise. On est tous dans le même bateau, semble-t-il! À une époque démodée, on aurait prié avec ardeur pour apaiser la colère divine provoquée par la conduite immorale du peuple adorant le veau d’or.

La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse; quel retour inqualifiable à la noirceur provoquée par la religion étouffante. Notre siècle sait gérer toutes les menaces.

Plus de poignée de main, des masques, annulation des grands rassemblements de toute nature, mise en quarantaine en progression, demeurer vigilant, respirer par le nez!

Le virus insidieux nous fait prendre conscience cependant d’une certaine vulnérabilité s’infiltrant dans nos vies bien sécurisées. Y a-t-il des failles potentielles? Dans nos esprits émerge cette image du château de cartes instable.

Demandons de l’aide si l’angoisse s’amplifie!

Douglas Beauchamp, Québec