Chapeau monsieur Cormier, vraiment?

En réaction à la lettre d’opinion «Chapeau à vous, M. Cormier!» de Henri Marineau, parue le 18 juillet

Je suis outrée devant l’admiration béate et les louanges sans bornes du président de Desjardins. Vous faites preuve d’un manque de respect et de considération flagrante envers des millions de personnes. Par la teneur de votre propos, de toute évidence vous ne faites pas partie des personnes touchées par ce fiasco. Tant mieux pour vous si la protection est élargie, Desjardins avait-il le choix? L’angoisse vécue par des millions de personnes pendant des semaines, le sentiment de viol de leur vie privée ce n’est pas rien. Pour se réapproprier la confiance de ses membres, Desjardins devra attendre que l’enquête policière de son organisation interne soit complétée. D’ici là, le sentiment collectif de sécurité est fragile à ébranler.  

Carole Parent, Québec