Votre silence pèse lourdement

Lettre aux membres du CA du CIUSSSCN

Aujourd’hui, j’ai reçu le renouvellement de mes privilèges de pratique à l’institut en santé mentale de Québec à la suite d’une recommandation première de votre part. Je vous en remercie.

Je connais très bien l’IUSMQ pour y avoir œuvré depuis quelques décennies et y avoir occupé des fonctions médico-administratives dont celle de président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens sur une période de neuf années. Ce qui m’a permis d’en connaître tous les rouages permettant d’assurer un fonctionnement clinique pour les meilleurs standards de qualité dans la pratique clinique auprès des malades.

Tout le fonctionnement de l’IUSMQ relevait à cette époque de la responsabilité du conseil d’administration; il relève maintenant du CA du CIUSSSCN dont vous êtes membres et de ce statut, à mon avis, responsables. Mais il semble en être aujourd’hui tout autrement avec les modifications de la loi et ses règlements donnant au ministre de la Santé tout pouvoir de gérance, vous reléguant à un statut d’approbation.

Vous connaissez sûrement, à travers les médias, la situation critique que connaît l’IUSMQ en termes de rupture de services adéquats. Passé le 24 mai prochain, il n’y aura plus de médecins réguliers pour assurer les soins physiques de la clientèle hospitalisée comptant 320 patients. Pour la partie physique, il y a là un problème aigu et urgent.

À ce jour, nous n’avons pas entendu vos représentations sur une situation dont vous avez la responsabilité première. Votre silence est lourd de conséquences pour les malades. Vous en porterez toujours en votre âme et conscience la responsabilité.

En espérant que vous puissiez contribuer à la solution au-delà des contraintes du système ou démissionner.

Carol Villeneuve M.D., Québec