Dans la salle de rédaction du Soleil, une partie des mots d’appuis reçus des lecteurs ont été placés bien en vue en signe de soutien à l’équipe.

Vos appuis et vos idées pour Le Soleil

Mardi, les lecteurs du Soleil ont été nombreux à témoigner leur attachement au quotidien de la capitale. Dans la salle de rédaction, une partie des mots d’appuis reçus ont été placés bien en vue en signe de soutien à l’équipe. Les voici.

---

Le Soleil fait partie de ma vie depuis mon enfance. Nous recevions Le Soleil à la maison. Impossible que cette institution disparaisse. De tout cœur avec vous!

Diane Thivierge

---

Étant maintenant retraitée et après avoir passé tant d’années à ne pas avoir le temps de lire mon journal, je souhaite ardemment que le calme revienne après cette tempête. Mon Soleil, avec un bon café, c’est le soleil de ma journée. Qu’il demeure!

Lise Bélanger

---

En réponse à François Bourque du Soleil, j’ai une suggestion pour le financement permanent des journaux d’information. Que le gouvernement du Québec impose une taxe de vente spéciale au GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) sur leurs revenus de produits et de publicité. Ce Fonds d’aide pour la liberté de presse servirait à la diffusion de l’information et à la consolidation des salles de rédaction. Un poste de commissaire à l’information devrait être créé par l’appui des deux tiers des membres de l’Assemblée nationale afin de s’assurer de l’utilisation équitable de ce Fonds. À suivre...

Jean Baillargeon 

---

J’aimerais vous faire part de ma solidarité suite aux difficultés de votre journal. Je suis abonnée depuis des décennies et je serais désolée si j’en étais privée. Je tiens à préciser ma solidarité à tous les employés.

Hélène Bertrand

---

C’est essentiel que la publication journalière du Soleil se poursuive. La qualité des textes de l’équipe journalistique est toujours remarquable. Merci pour l’excellent travail d’information que vous nous livrez jour après jour. Je souhaite ardemment que des solutions permanentes puissent être mises en place, notre démocratie en a besoin. Sincèrement,

Marjolaine Moisan

---

Je suis un lecteur assidu du journal Le Soleil depuis plus de 40 ans. J’habite à Sayabec dans le Bas-Saint-Laurent et l’information des différents médias est la source première de notre démocratie. J’ai toujours apprécié chaque édition de ce journal car nous avons une partie qui traite de l’actualité régionale. Il faut garder ce véhicule de communication, sinon nous serons isolés encore d’une autre façon de la réalité locale, régionale, nationale et internationale. Je suis passé de l’édition papier à celle du numérique et je tiens à garder ce lien de communication. Merci pour les efforts fournis en vue de respecter vos lecteurs éloignés.

Jean-Yves Thériault

---

Abonnée depuis 1972, je serais bien déboussolée de ne plus commencer ma journée avec mon Soleil. Même si mon journal a perdu des plumes depuis quelques années, il demeure mon quotidien préféré. Je nous et vous souhaite bonne chance!

Suzanne Brisson 

---

Je suis une lectrice assidue du journal Le Soleil et je souhaite de tout cœur qu’il y ait des solutions durables et satisfaisantes pour éliminer les difficultés auxquelles le journal est confronté. Les citoyens de la ville de Québec ont besoin d’information de qualité, ce que le journal Le Soleil a toujours su nous offrir. Bonne chance! 

Marie Trépanier

---

Nous avons Le Soleil à la maison depuis plus de 50 ans. Avant moi, mes parents et grands-parents étaient abonnés au Soleil. Nous souhaitons que nos petits-enfants puissent avoir le même plaisir de vous lire.

Lise Bellavance

---

Le Soleil est très important pour moi, il fait partie de ma vie. Un matin sans Soleil, c’est inconcevable et je préfère le lire sur papier.  Merci de nous informer et de nous donner l’heure juste!

Francine Genin

---

Je suis un lecteur assidu du Soleil. Il est temps que les gouvernements fassent payer des taxes aux géants du Web. Ils ont drainé un grand pourcentage de la publicité, causant le manque à gagner des vrais réseaux d’information. 

Claude Fortier et Francine Lemay

---

Pour nous, Le Soleil est un incontournable le matin. Il est important de continuer à garder l’indépendance des journaux. Nous ne souhaitons pas que le Soleil soit acheté par Québecor. La qualité de l’information dépend de cette dissociation. Elle est nécessaire pour garder un point de vue différent. Continuez!

Roch Poulin

---

Besoin du Soleil chaque jour... Déjà assez triste de m’en priver le dimanche!

Christiane Levesque

---

Je serais très triste si Le Soleil venait à disparaître. J’y suis abonnée, mes parents avant moi y étaient abonnés de même que mes grands-parents. Ce serait une très grande perte pour le monde des médias, car au Soleil, les journalistes ne font pas dans le sensationnalisme, leur professionnalisme et leur objectivité nous permettent de nous faire notre propre opinion et ainsi de nous servir de notre libre arbitre. Je ne crois pas que je me résignerai à rejoindre le Journal de Québec qui pour moi a toujours été biaisé et tape à l’œil. Je crois qu’il faut changer le modèle d’affaire du Soleil, et j’espère de tout cœur sa continuité.

Gisèle Le François

---

Je reçois le courriel de votre journal chaque matin et j’adore cette façon de m’informer! J’habite Victoriaville et ça me permet d’avoir des nouvelles de la région de Québec où habitent mes enfants et où je vais régulièrement. Impossible de penser ne plus avoir de journaux, c’est la base de la démocratie et d’une société libre! Continuez votre excellent travail!

Diane Leblanc

---

Je vous souhaite de survivre à cette crise car nous avons besoin d’un journal de qualité et d’une saine concurrence. Surtout, ne passez pas aux mains de Québecor, car nous avons besoin de votre journalisme. Bonne chance!

Lucie Bilodeau

---

En tant que résident de la région de Québec, depuis toujours, le journal Le Soleil fait partie de mon quotidien. Je souhaite ardemment que Le Soleil se tire de cette fâcheuse situation financière et qu’il continue son rôle d’informateur et de commentateur de l’actualité locale, provinciale, nationale et internationale. Des enjeux d’accès à une information de qualité et de préservation de la démocratie sont en cause. En tant qu’abonné du Soleil, je lance un message d’appui à toute l’équipe du grand quotidien de la capitale. Salutations sincères et la meilleure des chances pour la suite des choses!

André Villeneuve

---

Voilà une semaine, je me réabonnais au Soleil et voilà que le journal est menacé de disparaitre. Remarquez que ça ne me surprend pas considérant les rumeurs qu’on entend depuis quelques années. Je souhaite que les vents seront favorables au maintien du journal et sa perpétuité.

André Trudel

---

Le Soleil fait partie de mon quotidien depuis de très nombreuses années. Ce serait une grosse perte pour Québec et sa région.

Danièle Montminy

---

Je souhaite bonne chance à tous les travailleurs de l’information, le support de nos gouvernements est nécessaire.

Jocelyne Frenette 

---

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons réalisé hier, l’importance des problèmes auxquels faisaient face les journaux, dont Le Soleil. Ça fait nombre d’années que le journal Le Soleil fait partie de nos vies. Nous y sommes abonnés depuis près de 40 ans, notre premier réflexe le matin, est d’aller chercher notre copie dans la boite aux lettres. Nous aimons l’approche, le professionnalisme et la qualité de ce quotidien. Nous espérons grandement que des solutions à long terme seront trouvées. Toutes nos pensées vont à votre équipe qui accomplit un excellent travail, dans un contexte des plus difficile. Nos meilleures salutations,

Gaston Saindon et Johanne  Bérubé 

---

J’espère de tout coeur qu’il y aura une solution idéale pour que Le Soleil continue son œuvre. Merci d’être là!

Colette Bussières 

---

Tout comme la vie n’est pas possible sans le soleil, la démocratie québécoise a elle aussi besoin de son Soleil. Plus «jeune» j’ai connu deux versions quotidiennes de «mon» journal (on les distinguait par un point inséré dans la lettre O dans le mot SOLEIL), plus récemment, j’ai vu disparaitre l’édition du dimanche... Que va-t-il arriver maintenant? Il ne faut pas qu’il s’éteigne!

Pierre Houle

---

Continuez, ne lâchez pas, on a besoin de vous c’est important. Merci de votre travail!

Carmen Dubois

---

Le Soleil fait partie de ma vie du plus loin que je me souvienne. Lorsque je suis partie de la maison de mes parents pour me marier, Le Soleil a suivi dans mon nouveau logement et il ne m’a pas quitté depuis maintenant 46 ans et je souhaite qu’il soit dans ma vie pour encore longtemps. Je ne saurais m’en passer, il est ma «drogue» quotidienne.

Anne-Marie Guay

---

Je souhaite ardemment que le journal continue! On parle régulièrement de l’importance de la culture, dont une définition se lit comme suit : «élément vital d’une société dynamique, la culture s’exprime dans la manière de raconter nos histoires, de fêter, de nous rappeler le passé, de nous divertir et d’imaginer l’avenir.» Pour moi cette définition se concrétise chaque matin en lisant le journal Le Soleil.

Jocelyne LaPointe 

---

Je soutiens La Presse+ par une cotisation mensuelle... Je suis prêt à faire la même chose avec «mon Soleil». Restez svp!

Paul Lepage

---

C’est notre quotidien, à la maison en papier et ailleurs en numérique.

Sans Le Soleil, pas d’autre journal

Claude Verret

---

Je souhaite ardemment le maintien et la pérennité du journal Le Soleil. C’est toujours un plaisir de vous lire. Merci de votre implication à tous.

Gilles Beaudoin

---

Journaliste dans une vie antérieure, fidèle lecteur depuis toujours, je ne peux imaginer que Le Soleil disparaisse. Aussi, j’espère que tout sera fait pour que votre journal, ainsi que les autres quotidiens régionaux, survive à ce moment de l’histoire. La santé démocratique et notre besoin individuel d’être informé (et même notre pur plaisir de vous lire) en dépendent!

Claude Grégoire 

---

Je m’associe à tous les lecteurs et lectrices qui ont le désir que notre journal Le Soleil puisse continuer. Il faut trouver des investisseurs sérieux pour la suite des choses.

Denise Boivin

---

Le Soleil est pour moi une source de motivation et d’information. Mon père et ma mère étaient abonnés au journal et moi je continue. Merci.

Francine Mecteau

---

Longue vie au Soleil, il essentiel comme le vrai soleil!

Adrien Bourgoin

---

Je me demande, depuis bien longtemps, comment il se fait que nous puissions lire votre journal en version numérique, sans y être abonnés. Il me semblerait juste que, tout comme pour la version papier, les lecteurs puissent payer leur juste part du service que vous offrez. Le Devoir a initié ce mode tout en permettant à des non-abonnés de consulter quelques articles par mois et de recevoir quotidiennement une infolettre. Payer un abonnement, même sur une base volontaire, pourrait permettre de rendre concret l’appui à votre journal. C’est bien de réclamer la survie du journal, mais encore faut-il s’engager à le soutenir.

Céline Laberge

---

Ça doit faire plus de 65 ans que je suis un fidèle lecteur du Soleil et j’aimerais être tout aussi fidèle jusqu’à mes derniers jours... Bon courage,

Serge Saillant

---

Il est impensable que les journaux de GCM disparaissent. Il en va de notre démocratie, dont la presse est un des piliers. Pourquoi nos gouvernements ne taxent-ils pas les GAFA? Ces revenus fiscaux pourraient servir à supporter nos médias traditionnels qui, en définitive, sont la matière première de ces géants.

Jacques Lefebvre

---

Oui, il faut que Le Soleil soit maintenu. Je suis abonnée et heureuse de l’être afin de vous apporter un soutien concret. Il en va de la stabilité de notre démocratie. Bonne continuation.

Sylvie Vachon

---

J`inscris mon indéfectible fidélité envers Le Soleil qui a toujours, à mon avis, conjugué fidélité et respect de sa clientèle. La transmission écrite des nouvelles doit continuer. Je serais intéressé à savoir ce que l’écrit sur papier peut avoir comme effet sur la mémoire et nos neurones. Que Le Soleil continue de nous éclairer!

Aubert April

---

Vous avez fait mes samedis matins pendant toute mon enfance, puis mon adolescence. Vous m’avez informée toute ma vie adulte. Je ne peux imaginer ma vie au quotidien sans vous. Alors, oui, exigez de moi une contribution pour la consultation électronique de vos éditions et continuez à être ce bel astre dans ma vie pendant encore plusieurs décennies.

Johanne Lapointe