Vivre et mourir dans la dignité

Arrivé à un certain âge on sait que la vie, telle une montagne qui nous a été si laborieuse à escalader, nous réserve une descente abrupte et difficile à contrôler. Et ce, peu importe ce qu’on a pu faire pour éviter notre dégringolade.

Deux ans après l’adoption de la Loi concernant les soins de fin de vie, selon le rapport de la Commission du même nom, 638 personnes ont eu recours à l’aide médicale à mourir au Québec en 2016-2017. Mourir dans la dignité constitue, pour notre société, une avancée certaine.

Malheureusement, l’actualité nous présente trop souvent les ratés qui surviennent dans l’offre de support aux aînés, à domicile comme en CHSLD. Quand on entend notre entourage répéter que «moi j’irai jamais dans un CHSLD», on ne peut s’empêcher de craindre que mourir dans la dignité ne devienne un pis aller au défaut de pouvoir vivre dans la dignité.

Je nous souhaite pour 2018 que VIVRE dans la dignité fasse partie de nos priorités collectives.

René Reid, Québec