Vers quel chef?

«Le rire est une arme de séduction massive», dit Boucar Diouf.

Le concours à la direction du Parti québécois est-il en train de nous en donner une démonstration?

Je rêve d’un chef qui sera le lien vivant sans amnésie, sans panique de tout ce qu’est le Québec d’aujourd’hui à tout ce qu’il fut. Un Québec nourri par ses racines les plus profondes autant que par des vents passagers qui se disputent ses feuilles.

Notre identité tout comme notre avenir exigent l’effort et le labeur comme nous l’ont démontré nos ancêtres religieux ou autres sous des cieux moins favorables.

La souveraineté adviendra comme un fruit mûr et non en misant sur un référendum comme on mise sur un billet de loto.

Louis Bujold, Carleton-sur-Mer