Véronique Hivon, un pari risqué

La nomination de Mme Véronique Hivon au titre de vice-cheffe du Parti québécois suscite en moi des interrogations.

D’un côté, on peut dire qu’elle apportera une bouffée d’air frais à ce parti qui en a bien besoin, son chef aussi. Mais le pari du tandem Lisée-Hivon est risqué. 

Car d’un autre côté, en cas d’échec, on pourra penser que le PQ avait plutôt besoin d’oxygène et que celle qui a piloté le dossier de l’aide médicale à mourir l’a accompagné jusqu’à son dernier soupir.

Marc Lebel, Québec