Le recours visait toutes les personnes qui ont été abusées sexuellement par un prêtre membre de la congrégation des Rédemptoristes entre 1960 et 1987 alors qu'elles étudiaient au Séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré, un établissement qui est ensuite devenu le Collège Saint-Alphonse. Quelque 70 personnes ont adhéré au recours.

Une statistique trompeuse

Le règlement conclu dernièrement entre les Rédemptoristes et les victimes d'actes sexuels constitue certes une avancée importante dans ce fléau qui règne depuis des décennies au sein de l'Église catholique.
Récemment, le pape François a condamné vivement les prêtres pédophiles qui, selon ses propos, seraient environ 2 %. Une statistique trompeuse qui risque de banaliser dangereusement le nombre de victimes de ces prêtres pédophiles. En effet, en lançant une telle statistique, le Vatican omet de mentionner le nombre de victimes agressées par ces prêtres, ce qui, à mon sens, fausse en partie la réalité de la situation.
Concrètement, le combat amorcé par le pape François ne fait que commencer. L'avenir démontrera si l'Église catholique a véritablement l'intention de le poursuivre, à commencer par l'abolition de l'omerta qui règne dans les officines du clergé sur le phénomène de la pédophilie chez ses membres.