Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière

Une situation gênante à l'Université Laval

Le cabinet du recteur de l'Université Laval, depuis ces dernières années, ne semble pas être à court de situations gênantes.
Tout récemment, rappelons-nous la mauvaise gestion de la saga des agressions sexuelles au pavillon Parent qui fut un exemple d'amateurisme pénible et embarrassant. Maintenant, voilà que l'on apprend que le recteur bénéficie des services du Cabinet de relations publiques National depuis plusieurs années pour des dossiers pointus, la facture s'élève à plus de 560 000 $ de 2009 à 2015. Un rapport accablant qui nourrit le cynisme en plus de priver les étudiants de services.
Pourtant, l'université compte déjà plus de 80 employés en communications. Ce n'est pas assez pour le recteur! Il y a même un programme en communication publique offert à la clientèle étudiante, le recteur aurait dû demander conseil à ces spécialistes; il n'avait qu'à se retourner pour le faire. Cela démontre clairement un manque de compétence du recteur, car un tel poste exige obligatoirement, vous en conviendrez tous, une parfaite maîtrise des relations publiques, une vérité de La Palice. En passant, Monsieur le Recteur, où ont été formés les gens du cabinet de relations publiques National?
Michel BeaumontQuébec