Une province moins riche

Depuis les années de l'ère Charest, les politiciens nous parlent abondamment de l'importance de créer de la richesse chez nous. Les récents résultats de statistiques nous démontrent toutefois que la moyenne des salaires des Québécois est inférieure de près de 12 000 $ par rapport au reste du Canada. Le Québec est-il un lieu intéressant pour les gens riches, désireux d'investir dans des entreprises susceptibles de créer de l'emploi, donc possiblement de la richesse? Rien n'est moins sûr...
Les impôts sont plus élevés que partout en Amérique du Nord. Il en va de même pour les fameuses taxes de vente de 15 %. On a là le parfait contexte pour inciter les gens à agir dans l'illégalité : paradis fiscaux, travail au noir et entreprises parallèles cherchant à éviter l'impôt ou les taxes. Certains nous parleront des généreux programmes sociaux que nous retrouvons chez nous, en santé, en éducation et autres. Il faut le reconnaître. 
De plus, il faut aussi reconnaître que le coût de la vie est beaucoup plus élevé dans les provinces de l'ouest que chez nous au Québec; pensons seulement au prix des maisons de deux à trois fois plus élevé. Il y a certains avantages à vivre au Québec, sur le plan social, de la sécurité et de la beauté des lieux. Il faut toutefois admettre qu'il nous en coûte très cher, particulièrement à nous, les salariés moyens, pour profiter de ces quelques avantages.
Michel Giroux, Québec
***
Référendum incontournable
Il semble que les séparatistes catalans soient bien résolus à tenir leur référendum sur l'indépendance le 1er octobre, malgré les pressions du chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, pour l'empêcher.
«Bien sûr que nous voterons», a dit Carles Puigdemont, le leader séparatiste. «Ici, nous sommes des démocrates [...] Dites à tout le monde de ne pas avoir de doutes le 1er octobre, qu'ils votent pour sortir de l'obscurité qui dure depuis trop d'années!» 
Même si la Catalogne n'est pas le Québec, plusieurs similitudes se dégagent de la démarche de ces deux États, notamment l'ingérence malencontreuse des gouvernements centraux dans les manifestations tout à fait «légales» des séparatistes.
En appelant leurs partisans à ne pas prendre part au référendum, les partis qui y sont opposés risquent d'entrainer une victoire du «oui», un résultat peut-être fragmentaire, mais démocratique qu'il sera difficile, voire impossible de ne pas reconnaître comme légitime en vertu du droit international.
Henri Marineau, Québec
***
Restauration et transformation
Notre premier ministre Couillard en a surpris plusieurs en utilisant ces termes qui s'appliquent bien en parlant de sa cuisine ou de sa salle de bain, mais moins bien pour un état ou un pays : que veut-il dire au juste? La restauration du Québec serait terminée et nous commencerions sa transformation. Il n'y a rien comme un chirurgien plasticien pour transformer un visage et je soupçonne Monsieur Couillard de vouloir en recruter un pour compléter son équipe médicale afin de s'attaquer au visage du Québec.
Richard Gagné, Sainte-Pétronille