Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a formé un comité en juin dernier dans la foulée d'attaques violentes perpétrées par des chiens.

Une muselière svp

Le débat entourant la question des pitbulls et autres races similaires est très émotif. Et le débat public sur Facebook et autres médiaux sociaux nourrit la colère, la rage et la peur. Les décisions prises sur le coup des émotions offrent rarement des solutions basées sur la notion de bien commun.
Aussi, le temps que les esprits se posent, pourquoi ne pas simplement museler l'animal lorsqu'on circule dans les lieux publics, ou même quand on le laisse courir sur son terrain quand le maître n'est pas là pour le surveiller? 
Un chien muselé ne peut pas mordre, ce qui réduit le risque de blessures graves, même si l'animal nous saute dessus. Et cela peut rassurer les personnes qui ont peur des chiens. Vivre en société, c'est conserver à l'esprit que nous tous avons des droits, que nous devons trouver le moyen de conjuguer. Bien souvent, le problème n'est pas nécessairement l'animal, mais l'humain à l'autre bout de la laisse.
Francine Lalande, Québec