Richard Garneau est décédé le 20 janvier 2013 à l'âge de 82 ans. Pendant sa carrière, il a couvert les Jeux olympiques à 23 reprises.

Une médaille à titre posthume

Autant à Radio-Canada qu'à TVA, celles et ceux qui ont commenté et animé inlassablement les Jeux Olympiques de Sotchi 2014 ont atteint un sommet à mon avis jamais égalé et ont accédé aux podiums de l'excellence médiatique. Au vu et au su du monde s'étaient donné rendez-vous professionnalisme et haute distinction, compétences et solide expérience, passion et enthousiasme communicatifs ainsi qu'une remarquable maitrise de la langue française qui, tous réunis, ont fait honneur aux valeureux athlètes du Canada et du Québec. Du même coup, ils ont rendu hommage à la mémoire du regretté Richard Garneau, cet icône exceptionnel de l'olympisme. Sans hésiter, je remettrais l'or à Richard Garneau à titre posthume, l'argent à France Beaudoin et le bronze à Alain Goldberg. Par ailleurs, toutes et tous, sans exception, méritent un cristal à la mémoire de Richard Garneau.
Autant à Radio-Canada qu'à TVA, celles et ceux qui ont commenté et animé inlassablement les Jeux Olympiques de Sotchi 2014 ont atteint un sommet à mon avis jamais égalé et ont accédé aux podiums de l'excellence médiatique. Au vu et au su du monde s'étaient donné rendez-vous professionnalisme et haute distinction, compétences et solide expérience, passion et enthousiasme communicatifs ainsi qu'une remarquable maitrise de la langue française qui, tous réunis, ont fait honneur aux valeureux athlètes du Canada et du Québec. Du même coup, ils ont rendu hommage à la mémoire du regretté Richard Garneau, cet icône exceptionnel de l'olympisme. Sans hésiter, je remettrais l'or à Richard Garneau à titre posthume, l'argent à France Beaudoin et le bronze à Alain Goldberg. Par ailleurs, toutes et tous, sans exception, méritent un cristal à la mémoire de Richard Garneau.
Gerry Pagé
Québec