Une image de chien dangereux vaut mille mots

En réaction à la photo de Lukas Gojda «chiens dangereux» parue le 5 décembre

On dit parfois qu’une image vaut mille mots, je ne l’avais sans doute jamais autant réalisé que lorsque j’ai vu ce matin, dans votre journal, cette photo incroyable d’un molosse, la bave aux lèvres et manifestement prêt à égorger qui que ce soit passant à sa portée. J’ai connu un sentiment bien pire que lorsque je voyais Dracula sur grand écran petite fille.

Ce monstre m’a littéralement épouvantée. Et je me suis dit ceci: quelle incitation à détester les chiens, quelle dissuasion de les aimer. Devrons-nous craindre nos propres chiens ? Éradiquer cette race infâme ? Bientôt nous serons astreints à dénoncer la moindre petite morsure, et on aime tellement ça les dénonciations, n’est-il pas vrai ? Que d’histoires, que d’histoires. Les molosses c’est une chose, les chiens une autre. Distinguo!

Michèle Warren-Lachaussée
Québec