Une histoire de chapelets…

Un vétéran, aujourd’hui décédé, me raconta un jour cette histoire liée au débarquement de Normandie en juin 1944. Je ne sais toujours pas si elle est vraie! La voici : le 6 juin 1944, des soldats du régiment de la Chaudière libérèrent des Allemands le petit village normand de Bernières-sur-Mer.

La comtesse du village et ses habitants furent alors surpris d’entendre ces soldats parler français, un genre de vieux français rural. Mais ils furent également surpris de constater que ceux-ci semblaient fort pieux. La comtesse, fervente catholique, s’enquit auprès de l’officier commandant si elle pouvait leur remettre, vu leur piété, un chapelet. L’officier lui expliqua l’origine et la raison de cette litanie de prières-jurons… qu’elle avait entendue. La comtesse aurait été nommée par la suite colonel honoraire du régiment. Mais je ne sais toujours pas si elle avait de fait distribué ses chapelets aux valeureux et redoutables soldats du régiment de la Chaudière, devenu aujourd’hui un régiment de la Réserve. Que faut-il en conclure, sinon que toute guerre, horribles comme elles sont toutes, connaît son lot d’histoires comiques ou insolites. Comme l’humanité qui, tel le dieu Janus, a un visage à deux faces, l’un, tragique, l’autre, comique.

Michel Lebel

Entrelacs