Une fois de trop

Depuis le dépôt du rapport de Dominique Payette, tous, incluant le PQ, se dissocient à divers degrés du contenu de ce rapport qui dénonce les trois radios d'opinion de Québec. Cependant, contrairement à ces dernières qui ne font que des affirmations gratuites, Mme Payette appuierait ses énoncés, du moins selon l'article du Soleil publié le 3 novembre, à partir d'entrevues avec les gens ciblés par ces radios.
Un élément de ce rapport semble cependant oublié, soit celui où le rapport fait état des enfants de syndicalistes qui se font accrocher dans les cours d'école, des cyclistes qui se font klaxonner, des automobilistes qui coupent les autobus dans les voies réservées (Sylvain Bouchard du FM 93, un certain lundi de juin 2014, a incité les automobilistes à avoir de tels comportements), des groupes communautaires qui doivent changer les lieux et les jours de leurs assemblées pour éviter que les amateurs du genre se présentent, etc. Aucun des intervenants ne dénonce ces affirmations du rapport. Ces radios font mal à ces gens, dont des enfants qui en sont victimes. Même si ces événements ne s'étaient produits qu'une seule fois chacun, c'est une fois de trop.
J'aimerais bien entendre ces intervenants à ce sujet. Je ne veux pas qu'ils se défendent par des affirmations sans fondement, mais qu'ils les appuient de justifications crédibles.
Daniel Guilbault, Saint-Augustin-de-Desmaures