Une élection qui coûte cher

Cher Gabriel Nadeau-Dubois,
Je te félicite pour ta victoire attendue dans Gouin. Cependant, est-ce que tu réalises que ton élection a coûté aux Québécois environ 600 000 $, ce qui fait 40 000 $ par mois jusqu'en octobre 2018, moment des élections générales? Et cela provoqué par la démission avant terme de Françoise David. Pour un parti dit de la gauche-gauche et qui prétend défendre la veuve et l'orphelin, j'appelle cela profiter du système dénoncé par ce même parti. Une petite gêne serait bienvenue. Pour la solidarité, on repassera...
Richard Gagné, Sainte-Pétronille
***
Bravo à Guy Cormier
Le président du Mouvement des Caisses populaires Desjardins dénonçait récemment les dérives du capitalisme devant Le Cercle Canadien de Montréal. La recherche du profit à court terme est une fuite en avant insoutenable, disait-il, plaidant pour un nouvel équilibre économique. Toujours selon M. Cormier, «le capitalisme à outrance nous a montré ses limites et si nous continuons sur le même rythme qu'au cours des 30 dernières années, nous aurons, à brève échéance, encore plus d'inégalités dans notre monde, encore plus d'insatisfaction dans les populations et une planète en bien mauvais état».
Un simplicitaire comme moi ne peut que féliciter M. Cormier pour un discours inattendu dans la bouche d'un dirigeant économique. J'y reconnais cependant là des éléments des racines du mouvement coopératif. Pour être cohérent, cependant, M. Cormier devra revoir le niveau de sa rémunération qui, à quelques millions de dollars, ne correspond pas à ses souhaits d'une plus grande égalité sociale. Comme il le dit si bien lui-même, «les lois du marché», qui justifiaient en gros sa rémunération, «c'est fini». Je verrais d'un très bon oeil que les dirigeants du Mouvement Desjardins se fassent les promoteurs d'une révision à la baisse de la rémunération de notre élite financière. La dernière saga de Bombardier, avec la rémunération excessive de ses dirigeants, nous a montré que la population québécoise dénonce ces dérives.
Pascal Grenier, simplicitaire, Québec