Une école, deux écoles

Marcel Perron et David Bowles ont allumé avec leurs lettres ouvertes en ces pages le débat de la compétition pédagogique au Québec. Une tension polie, mais source d’obscurité et d’incohérence.

Un comparatif sans cesse irritant. Un argumentaire cul-de-sac. C’est presque le prolongement profondément nocif d’une agressivité religieuse! Le financement justifié de deux écoles; une démonstration alambiquée. Un droit de choisir : pourquoi? Le menu pédagogique différent, la formation des enseignants également? La clientèle choisie; encore une guerre de mots. Un Québec déroutant dans sa vision de ce qui est important, vital, devant privilégier la solidarité sociale. Navrante, cette polémique blindée accentuant et freinant la mise en chantier d’un système scolaire bien articulé. La différence envahissante illustrant notre québécitude profonde en éducation. Le clan privé, le clan public, se tolérant, se comparant, se provocant subtilement. La rivalité implicite, stérile, viscérale comme à une époque démodée!

Douglas Beauchamp, enseignant retraité, Commission scolaire des Découvreurs