Une démarche de bureaucrate

Après avoir lu l'article de Patricia Cloutier du 8 décembre intitulé «La réussite avant la matière», je ne peux qu'endosser les opinions de Mmes Théberge et Bilodeau.
Le but de l'exercice est de valoriser l'image de l'école et faire croire à tous les élèves qu'ils peuvent réussir au même niveau. Ce faisant, l'école privera les élèves plus doués ou performants d'une partie des connaissances auxquelles ils ou elles auraient droit. La démarche proposée en est une de bureaucrates et non de formateurs. Les directions des commissions scolaires auraient-elles perdu le sens de leur rôle? Au point où on en est, pourquoi ne pas alors donner le formulaire d'examens aux élèves accompagné du corrigé sur lequel ils ou elles pourraient copier pour répondre aux questions? De cette façon, non seulement la commission scolaire afficherait un taux de réussite supérieur à la moyenne des autres écoles, mais elle pourrait aussi réduire le nombre de journées de formation et ainsi faire des surplus dans ses différents postes budgétaires. 
Raymond G. Paquet, Québec