Michael Sabia

Une caution au SLR?

Lorsque Robert Bourrassa est venu annoncer aux Québécois le projet de la Baie-James, il était flanqué de Bernard Lamarre. Ce dernier représentait la caution par laquelle on avançait que les ingénieurs du Québec, après avoir assisté aux travaux de la Bersimis, étaient dorénavant en mesure de prendre en main la conception et la réalisation des travaux de la Baie-James aux prix anticipés.
Sans vouloir douter de la compétence de monsieur Michael Sabia, la présence d'une telle caution dans le domaine des travaux de génie civil aurait été souhaitable lors de sa présentation du projet de SLR. On se souvient que les travaux de prolongement du métro vers Laval n'ont pas couté ce que les politiciens avaient prévu. S'il est vrai que les ingénieurs se sont rendus coupables d'avoir écouté le chant des sirènes en s'adonnant à la perversité avec les politiciens, rien ne dit qu'ils ne sont pas montrables et compétents.
Jean-Marie Desgagné, Québec