Un troisième lien à cause du Port?

Le premier ministre Philippe Couillard trouve que le projet d’agrandissement Beauport 2020 du Port de Québec est une bonne raison de construire un troisième lien routier entre les rives nord et sud du fleuve, à l’est de Québec. Quarante ans plus tard, la queue semble encore faire branler le chien.

En 1978, le Port voulait s’agrandir en remblayant le fleuve sur des centaines d’hectares entre la péninsule de Beauport et la chute Montmorency. Le gouvernement du Québec avait justifié la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency en invoquant la nécessité de desservir cet immense port de marchandises dont des matières en vrac. Cet agrandissement portuaire ne s’est jamais matérialisé, heureusement pour les gens de Beauport. Malheureusement, on sait aujourd’hui l’impact négatif qu’a eu cette autoroute surdimensionnée sur les quartiers qui autrefois jouissaient d’un accès direct au fleuve en marchant simplement jusqu’au bout des rues.

Le premier ministre dit «qu’il va falloir trouver une voie de débouchés pour ces camions [du port] qui n’encombreront pas davantage la circulation dans Québec». Pourquoi ne demande-t-il pas au gouvernement fédéral, après plus de 40 ans de procrastination, de réfléchir sérieusement aux manières de gérer d’éventuelles augmentations du volume de matières transbordées autrement qu’en remblayant le fleuve au centre-ville de Québec pour créer de nouveaux terrains?

Jean Lacoursière, Québec