Un tourisme débordant

Je suis Québécoise depuis 64 ans et je ne vais plus visiter ma ville bien aimée à cause du tourisme débordant. On ne peut plus marcher, flâner, admirer, car il y a des masses de gens tout le temps. Ce que M. Labeaume oublie en disant que les croisières ne durent qu’un temps, c’est qu’il y a un chapelet d’événements : FEQ, feux d’artifices etc.

Reste novembre et février pour visiter! Encore là, «Crashed ice» et compagnie arrivent. Je suis par ailleurs heureuse d’avoir pu déambuler dans les rues alors que c’était facile de batifoler joyeusement dans la plus belle ville qui soit.  Malheureusement, avec le maire qui a un oeil financier en permanence, faudrait qu’il pense aussi aux résidents de Québec de temps en temps. Il gère bien la ville en général mais son obsession de briller partout sur la planète ne me plait pas du tout.   

Diane Proulx, Québec