Un plan de lutte qui maintiendra la pauvreté!

Pendant que le gouvernement du Québec nous parle de son fameux plan pour lutter contre la pauvreté, des gens ont dû encore une fois solliciter dernièrement, dans la rue, la générosité des Québécois lors de la guignolée des médias. Parce qu’il faut bien le constater, les banques alimentaires du Québec en arrachent et ne reçoivent pour ainsi dire aucune aide financière de l’État... Pendant ce temps, également, le salaire minimum est fixé à 11,25 $ l’heure, et les services publics et les protections sociales ne sont pas améliorés.

Le plan de lutte à la pauvreté proposé par le gouvernement libéral est ni plus ni moins un plan d’intégration au travail pour les personnes bénéficiaires de l’aide sociale. Bon, l’intention n’est pas mauvaise en soi,  mais il faudra attendre 2023 avant de voir une légère augmentation dans les poches des Québécois les moins bien nantis. Pendant ce temps, le coût de la vie augmentera bien entendu.

Un bénéficiaire de l’aide social, qui aura reçu 12 749 $ en 2017, percevra 18 029 $ en 2023, avant indexation, un peu plus que le seuil de pauvreté. Y’a pas à dire, c’est comme gagner le gros lot. Une amélioration sans doute, mais qui ne fait pas en sorte de sortir de la pauvreté.  

Voilà un plan de lutte contre la pauvreté qui ne fera  que la maintenir bien en place, ni plus ni moins, d’ici 2023.  Mais on peut se consoler en disant qu’au moins, le gouvernement Couillard se préoccupe des Québécois vivant sous le seuil de la pauvreté. Il en a fait une grande annonce juste avant la période des Fêtes, afin de donner aux plus pauvres d’entre nous de la joie et de l’espérance.

Yvan Giguère, Saguenay