Mike Ward

Un petit mea culpa svp

L'humoriste Ward quémande pour l'aider à payer une dette rattachée à une vulgarité lancée en pleine figure à un jeune qui se voulait discret. Le festival Juste pour rire a tenu récemment une soirée-bénéfice pour empocher quelques sous pour aider leur confrère Ward. L'ego serait-il devenu disproportionné? Pourquoi la confrérie de Juste pour rire a-t-elle voulu empocher une somme d'argent pour celui qui feinte d'être la victime? La réponse ne passe pas.
Mike Ward, s'il le veut vraiment, peut très bien, à lui seul, rassembler ses idées, sa plume et ses efforts pour travailler ses textes, poursuivre sa carrière et faire le pognon qui va avec. L'humour se glisse bien quand c'est travaillé, quand la jonglerie des mots s'amuse avec le réfléchi. La confrérie Juste pour rire peut à son tour produire une autre soirée-bénéfice... cette fois-ci pour le jeune Jérémy, car c'est bien vers lui que les sarcasmes ont pris des dimensions disproportionnées. Et qui sait, peut-être qu'un jour, nous verrons Jérémy sur les planches d'une scène Juste pour rire lancer quelques répliques à l'humoriste Mike Ward. Une mise en scène de connivences, d'humour travaillé et songé, pourquoi pas! Alors, messieurs Rozon, Hills et Ward, un p'tit mea-culpa s'il vous plaît, puis GO! on replace l'ego à la bonne place. 
François Robert jr, Québec