Un infantilisme gênant!

Voilà que la nouvelle politique établie au cégep de Lévis-Lauzon, là où le prince est encore étudiant, souhaite infantiliser le client en modifiant de manière «novatrice» les heures de ses cours pour satisfaire l'étudiant lève-tard. Du pur à-plat-ventrisme dans un suicide par l'absurde.
La direction de l'établissement, visiblement travaille dans l'angle mort de la logique, privilégie clairement la paresse, le manque de gestion d'un agenda, les heures passées dans les bars et l'irresponsabilité chez l'étudiant. Tel est le constat suite aux nouvelles décisions administratives et bénites par le syndicat. Bel enseignement me direz-vous! En parallèle, faudra-t-il retarder de quelques heures l'ouverture des commerces, empêcher les vaillants travailleurs de débuter leur journée d'ouvrage à 8h ou 8h30? Les chirurgiens opéreront à partir de 9h00, pas avant! Eux aussi peuvent revendiquer le droit de se lever tard.
La société s'adapte donc aux lève-tard, pas l'inverse! Mais que fera le pauvre étudiant identifié lève-tard lorsqu'il sera sur le marché du travail? Faudra-t-il une salle de réveil pour qu'il fasse son petit rot? Ce même étudiant, tiens donc, daignera-t-il accepter de prendre son vol à 7h00 pour l'Europe cet été? 
Michel Beaumont, Québec