Les lundis, les soins offerts aux patients sont entièrement financés par l'entente. Les autres jours, les frais médicaux sont payés par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), mais les frais accessoires (125$ pour un examen de biométrie, par exemple) sont facturés aux patients.

Un hymne à la vie

En réaction à la chronique «Tout va bien» de Mylène Moisan, publiée le 26 avril
Bonjour Mme Moisan,
«Tout va bien» est un hymne à la vie bien senti! Votre paragraphe concernant la lettre du ministre Barrette pour les dons d'organes nous confirme qu'il se sent toujours tenu de nous faire savoir que c'est lui qui détient la vérité absolue! Cela me désole. Oui, je crois que nous devrions aligner notre façon de faire sur l'Espagne en ce qui a trait aux dons d'organes. Changer une mentalité est, on le sait, un travail de longue haleine. Celui-ci doit passer par l'éducation et doit toucher les gens de tout âge. C'est important, car une telle décision et la démarche qui s'en suit suscitent un haut degré d'émotivité; d'abord au moment de la prise de décision, puis au moment d'y être confronté. Il est essentiel également en ce cas de prévenir les proches de notre volonté tant oralement qu'à l'écrit. Ce ou ces dons (plusieurs organes d'une même personne peuvent améliorer ou sauver des vies) rejoignent un précepte que nous devons garder à l'esprit et bien expliquer également. Une ou des campagnes de sensibilisation sur une base ponctuelle, que je verrais bien par exemple dans ces milieux de vie que sont les polyvalentes, les cégeps, les universités, les entreprises ainsi que les organismes, pour ne nommer que ceux-là, feraient, je crois, une différence [...]. Je continue à penser que le permis de conduire et/ou la carte d'assurance maladie pourraient être le véhicule d'information pour que ce don soit implicite.
Parlons-en.
Madeleine Alain, retraitée
Québec