L'auteur se souvient, nostalgique et admirative, des édifications visionnaires de Jean-Paul L'Allier, bravant craintes et préjugés, stoïque devant les insultes.

Un homme de courage et d'audace

Les éloges envers Jean-Paul L'Allier sont unanimes à évoquer sa passion agissante pour la démocratie et la modernité, pour la beauté, la fierté et la culture de notre ville qu'il comparait à «une ville bombardée».
J'étais tout ouïe lors de sa dernière entrevue à la télévision avec Bruno Savard où il relatait son passé comme maire de Québec. Je me souvenais, nostalgique et admirative, de ses édifications visionnaires bravant craintes et préjugés, stoïque devant les insultes. Quand le journaliste fit délicatement allusion à son projet de grand escalier reliant la basse ville à la haute ville, à l'occasion des fêtes du 400e de Québec, un projet acclamé par les citoyens, mais tristement avorté, l'ex-maire a répondu : «Le fédéral n'a pas voulu»... sur un ton sec et dépité qui évoque ses ardeurs indépendantistes enracinées tout au long de son brillant mandat.
Que le règne de ce dirigeant courageux visionnaire et humaniste soit un modèle pour les timorés dont l'audace est trop souvent retenue par des diktats de toutes parts.
Denise Rochette-Cossette, Québec