Un gouvernement poursuivi?

À l'émission Tout le monde en parle, José Bové ne s'est pas gêné pour déplorer qu'au Québec, on ne conteste pas l'entente de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.
L'auteur Claude Vaillancourt (Sortir de l'économie du désastre) s'échine depuis quelques années à combattre lui aussi cet accord, négocié derrière des portes closes, que les politiciens désirent voir rapidement ratifier sans débats publics.
Dans une récente sortie, Vaillancourt reproche au premier ministre du Canada d'appeler progressiste une entente qui n'est associée à aucun mécanisme de redistribution des richesses, qui causera des pertes d'emplois et donnera aux entreprises des moyens pour combattre les réglementations environnementales qui limiteraient leurs profits.
Ne voit-il pas TransCanada poursuivre le gouvernement Obama en vertu des règles de l'ALENA parce qu'il s'oppose au pipeline Keystone? Attend-il et attendons-nous qu'un gouvernement canadien soit lui aussi victime de ce genre de poursuite pour que l'on mette le holà à cette entreprise?
Jean-Marie Desgagné, Québec