Un feu vert pour la CAQ

Le gouvernement caquiste de François Legault vient d’obtenir le feu vert pour continuer à moderniser le Québec et à faire adopter ses mesures qui, parfois, ne déplaisent qu’à une minorité. Dans cette élection dans Jean-Talon, le parti de Manon Massé, Québec solidaire, qui avait essayé de détourner l’attention du débat sur l’habillement de Catherine Dorion, en pestant contre le troisième lien, vient de se faire rabrouer.

Même si le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, considère comme une victoire morale le fait d’être arrivé deuxième, il n’en demeure pas moins que les libéraux viennent de se faire chasser de l’est de la province. Sans chef et visiblement à la dérive, le Parti québécois a mordu la poussière indépendantiste en arrivant quatrième. Tout indique que les souverainistes de Jean-Talon ont voté pour la sécurité en donnant leur vote au parti nationaliste de l’ex-péquiste François Legault. Il est maintenant clair que Simon Jolin-Barrette, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, a le feu vert sur la loi 21.

Jocelyn Boily, Québec