Un clin d’œil aux Plouffe

Roger Lemelin a écrit un livre décrivant essentiellement l’histoire d’une famille de la basse-ville de Québec, Les Plouffe.

Ce livre a permis la réalisation d’un film et d’une pièce de théâtre. Récemment, le film a été présenté à la télévision et me permettait encore une fois de constater les changements qu’a vécus notre société depuis les années 50. Par exemple la présence du curé, l’impact des commentaires ou directives de cet homme soutané omniprésent et omnipuissant, puissance exprimée avec une certaine vanité. Lemelin a sans doute voulu faire une caricature de son curé. Le fait qu’un pasteur protestant, marié et plus humble, vienne participer momentanément à la vie du quartier et, discrètement, intervenir en collaboration ou en opposition à l’action du curé en fait un passage est tout simplement savoureux du film et révélateur de la compétition religieuse. La gentillesse et l’ouverture d’esprit du pasteur ont créé une certaine tension dans la paroisse. Personnellement, j’ai vraiment apprécié parce que cet extrait me confirme que l’Église manquait d’ouverture et voyait les églises protestantes comme des adversaires. Le plus hostile des deux hommes, c’était le curé catholique et ça me gêne. Je ne voyais pas tellement de charité et d’accueil dans cette relation. Qu’en serait-il aujourd’hui? Et je ne parle même pas de la fameuse procession de la fête du Christ-Roi qui allait de la basse-ville à la haute-ville!

André Drapeau

Saint-Roch-des-Aulnaies

+

PANNEAUX DE BUS CACHÉS

J’ai pris le bus 64, vendredi le 10 janvier, sur le boulevard Charest, près de Dorchester, à la Coop Zone. J’ai manqué le bus. Je l’ai pris 30 minutes plus tard. Je n’utilise pas ce circuit souvent, des arrêts ont été déplacés en raison des importants travaux à la bibliothèque Gabrielle-Roy. Les panneaux sont ordinairement à un angle de 90 degrés, question qu’ils soient très visibles. Ici, le panneau est presque à plat par rapport à la façade de l’édifice. Je pensais m’être trompé d’endroit, mais j’étais au bon endroit! Le chauffeur du RTC m’a dit que l’arrêt était correct. RTC, un effort SVP, pour rendre le transport en commun plus simple et plus agréable.

Pierre Boucher

Québec