Un cauchemar les yeux ouverts

La nuit passée, j’ai fait un méchant cauchemar.

J’étais dans un village reculé d’Afrique en pleine famine, aucun approvisionnement pour faire du pain dans ma petite boulangerie, tous les petits commerces étaient sur le bord de la faillite et le chef de la tribu plutôt que d’aider les petits commerces en péril a décidé de construire une piscine à vague.

Je me suis réveillé en sursaut en criant «NON». J’étais content que ce soit un rêve.

Je prends alors ma tablette pour lire mon journal numérique .    

En première page on parle des restaurateurs, propriétaires de bars et autre petit commerce du Québec qui sont sur le bord de la faillite à cause de la pandémie, et dans la page suivante nos élus qui déroulent les milliards pour des projets non désirés comme des tunnels, tramway, autoroutes, etc. Quelle honte!

Quand j’y pense comme il faut, mon terrible cauchemar... je l’ai eu les yeux ouverts. Et il va me hanter 24 heures sur 24 pendant plusieurs années.

Guy Sirois
Québec