Un 3e lien obsolète?

Un troisième lien routier entre Lévis et Québec ne serait pas en service avant une quinzaine d’années, le temps de faire les études de faisabilité, de préparer les plans et devis et de construire cette infrastructure.

D’ici là, on aura rendu sécuritaire l’usage des voitures autonomes et la technologie des autos volantes se sera développée. Dans quelques décennies, ces nouveaux moyens de transport deviendront usuels.

Notre réseau routier sera-t-il alors en partie obsolète?

Les décisions prises maintenant d’investir des milliards de dollars dans le prolongement et la construction d’infrastructures routières sont-elles les bonnes?

Le transport de masse des passagers et des marchandises restera cependant un enjeu important.

Plutôt que de construire un troisième lien routier, pourquoi ne pas prolonger la ligne de tramway et la faire passer sous le fleuve à la hauteur de Saint-Nicolas et de Lauzon pour le déplacement des citoyens sur les deux rives et aussi pour le transport des marchandises en dehors des heures de pointe?

Benoît Bouffard, Lévis

***

La CAQ: pour anglos et francos

En réaction à l’article «Legault tend la main aux anglophones» paru le 31 juillet

En tant qu’anglophone et ancien candidat à la présidence de la commission scolaire Lester-B. Pearson en novembre 2014, je crois que les anglophones devraient accueillir à bras ouverts une victoire de la Coalition avenir Québec (CAQ) le 1er octobre prochain. La promesse d’éliminer les élections scolaires ne doit pas être une source de crainte quant à l’incidence du Plan éducation de la CAQ, lequel vise à revitaliser notre système d’instruction publique anachronique.

Les droits des anglophones ne seront pas mis à risque, car les enseignants, les directeurs d’école, le personnel de soutien et les parents constitueront un nouveau moyen de prendre des décisions, plutôt que de laisser cette tâche à un groupe de commissaires isolé, dont la moitié assument leurs fonctions par acclamation, protégeant ainsi leur poste.

Un gouvernement de la CAQ n’apportera rien de pire pour les anglophones, peut-être mieux, et aura un plus profond respect des communautés. En ce qui a trait aux lois régissant la protection de la langue et de la culture françaises (projet de loi 101), très peu changera. La CAQ dirigée par François Legault, ancien ministre de l’Éducation, promet de convertir le coûteux réseau des commissions scolaires élues, d’une entité de décideurs politiques à un fournisseur de services pour les écoles.

Par conséquent, les conseils d’établissement auront plus de pouvoir décisionnel afin de mieux gérer et contrôler leurs propres institutions tout en centrant leurs efforts sur les élèves.

Le plan de la CAQ est un cadeau pour les communautés francophones et anglophones du Québec.

Chris Eustace, Montréal