Trans Mountain: conflit d’intérêts?

Le rapport de l’Office national de l’énergie (ONE) conclut que le projet d’extension du pipeline Trans Mountain est d’intérêt national et qu’il doit donc être approuvé, et ce malgré le fait qu’il soit soumis à 156 conditions.

Par ailleurs, est-il utile de rappeler que l’ONE, un organisme de juridiction fédérale, a reçu comme mandat d’Ottawa de refaire ses devoirs à la suite d’une décision défavorable de la Cour d’appel fédérale, et que le gouvernement fédéral s’est porté acquéreur du pipeline l’an dernier pour une somme de 4,5 milliards de dollars?

En termes clairs, le propriétaire du pipeline demande à un de ses organismes de juger de la pertinence d’un projet sur lequel il a la mainmise. Dans ces circonstances, est-il surprenant que l’ONE rende une décision favorable? Est-ce cela qu’on appelle un conflit d’intérêts? On peut tout au moins observer que la situation en présente toutes les apparences!

Henri Marineau, Québec