Tout un paradoxe

Les Jeux olympiques de Sotchi sont officiellement lancés. Une grande controverse surgit de cet événement planétaire. La flamme olympique a fait son entrée mercredi dans Sotchi alors que des manifestations avaient lieu à travers le monde pour protester contre la loi antigaie russe. On assiste à une mobilisation mondiale pour dénoncer la loi en question. Lors du spectacle d'ouverture, la grandeur du peuple russe était incarnée entre autres par la musique de Tchaïkovski qui était à l'honneur, avec le Lac des cygnes. En effet, comment passer à côté du plus grand compositeur russe dont les oeuvres sont jouées et acclamées partout dans le monde? Et pourtant, la création de cette oeuvre en 1877 à Moscou fut un échec total qui a écarté cette oeuvre du répertoire pour de nombreuses années. Tchaïkovski était homosexuel et a été tourmenté toute sa vie, en particulier à cause du regard inquisiteur et désapprobateur que ses contemporains portaient sur lui. De quoi faire réfléchir. L'histoire est souvent le reflet de l'avenir. Sommes-nous retournés à plus d'un siècle en arrière?
Les Jeux olympiques de Sotchi sont officiellement lancés. Une grande controverse surgit de cet événement planétaire. La flamme olympique a fait son entrée mercredi dans Sotchi alors que des manifestations avaient lieu à travers le monde pour protester contre la loi antigaie russe. On assiste à une mobilisation mondiale pour dénoncer la loi en question. Lors du spectacle d'ouverture, la grandeur du peuple russe était incarnée entre autres par la musique de Tchaïkovski qui était à l'honneur, avec le Lac des cygnes. En effet, comment passer à côté du plus grand compositeur russe dont les oeuvres sont jouées et acclamées partout dans le monde? Et pourtant, la création de cette oeuvre en 1877 à Moscou fut un échec total qui a écarté cette oeuvre du répertoire pour de nombreuses années. Tchaïkovski était homosexuel et a été tourmenté toute sa vie, en particulier à cause du regard inquisiteur et désapprobateur que ses contemporains portaient sur lui. De quoi faire réfléchir. L'histoire est souvent le reflet de l'avenir. Sommes-nous retournés à plus d'un siècle en arrière?
Gaston Déry, Québec