SRB: un référendum SVP

En réaction au texte «SRB dans la tourmente : une occasion à saisir» de François Bourque, paru le 14 avril 
Bravo M. Bourque, votre texte démontre, chiffres à l'appui, le ridicule du tracé Charest alors que le plus grand achalandage du transport en commun à Québec se retrouve sur l'axe René-Lévesque, comme le démontre le service actuel des métrobus 800 et 801. 
Pour justifier le tracé, on veut développer cette artère en habitations. Faudra-t-il alors démolir les bâtiments industriels et commerciaux pour démontrer la pertinence d'un SRB à cet endroit? Ce service ne doit-il pas d'abord satisfaire les besoins actuels plus qu'évidents sur l'axe René-Lévesque? Comment concevoir que les usagers de Lévis seront enclins à utiliser un service qui leur impose un détour inutile avant de se rendre sur la colline parlementaire? On continuera alors à utiliser l'auto et à engorger les ponts. Je ne suis pas un adepte de référendum; mais là, je crois que ça s'impose.
Montréal, Laval et Longueuil ont un service de Métro; nous on doit se contenter d'un SRB. Quelle fierté pour la capitale qui mériterait un tramway moderne, entièrement électrique!
Gilles Côté, Lévis