La salle de nouvelles de Radio-Canada à Québec.

Service Rapide de Chômage

Les hauts dirigeants de la CBC/SRC annoncent, juste avant la période de Noël, de nouvelles coupes de budget. Cela aura comme conséquence directe des pertes d'emploi.
En réalité, avouons-le, les dirigeants de la CBC/SRC ne sont que les messagers du gouvernement Harper et de la ministre du Patrimoine, Shelly Glover qui, avec beaucoup d'élan, continuent le grand festival du sous-financement pour notre réseau national; cela à travers serpentins et confettis. Mais à quoi veut-on jouer à la longue? On se rapproche d'un derby de démolition! À ce rythme CBC/SRC ressemblera malheureusement à un os troué par l'ostéoporose.
De son côté, la SRC, beaucoup plus petite que la CBC, reçoit plus que sa part des coupes de budget. Cela est troublant pour les régions francophones qui se voient sans cesse couper des heures de production locale si importantes pour l'identité et l'attachement au milieu. On parle sans cesse du virage numérique pour rejoindre certains groupes d'âge qui délaissent les services traditionnels. Mais tout cela ne pourrait-il pas se produire en conservant les emplois déjà en place sans passer par une cure diète financière intensive?
Les dirigeants de CBC/SRC n'osent pas prononcer le mot «sous-financement» comme si ce sujet était hautement tabou. Du côté de la jeunesse, sincèrement, je crois que les jeunes francophones n'écoutent pas la SRC, ils s'en foutent éperdument. Mais au-delà de tout cela, les contribuables accepteraient de payer un peu plus pour obtenir un réseau d'état qui, enfin, aurait la force et la solidité de Gibraltar.
Agissons avant que la SRC ne soit qu'un Service Rapide de Chômage.
Michel Beaumont, Québec