Se réinventer

 Ce mal qui s’abat sur nous est certainement une occasion privilégiée de se réinventer. Désemparés par ce fléau mondial, les premiers moments sont de résister, de refuser et d’avoir envie de le contourner et d’en faire fi. 

Nous sommes tellement habitués à notre grande liberté démocratique, à satisfaire nos envies de sortir, de rencontrer les amis, à trouver prétexte à fêter, peu importe quoi! Après réflexion et un peu de temps, pourquoi ne pas saisir l’occasion de se réinventer? Ça peut vouloir dire quoi? Pour les solitaires, ce peut être de lire un peu plus, d’écouter un peu plus de musique apaisante, d’émissions enrichissantes, d’appeler ou d’écrire aux amies ou amis négligés parce que trop occupés à courir à droite et à gauche, à trouver des excuses pour ne pas le faire. 

Ou encore, écouter le silence, ce grand disparu de notre société. Pour ceux qui ont la chance d’être confinés, mais d’avoir leur famille sous le même toit, pourquoi ne pas préparer de bons repas, saisir le temps de les déguster ensemble, sans devoir manger à des heures éparses, quitter pour aller conduire celui-ci ou celle-là au basket, au hockey, au soccer, etc. Ou aussi, pour nous, aller s’entraîner, prendre un verre avec des amis, partir au soleil! Quelqu’un m’a dit un jour: Derrière tous les drames, il y a toujours quelque chose de beau à découvrir! À nous de le faire. Nous en ressortirons plus grands et plus forts. 

Godelieve De Koninck, Québec