Santé buccodentaire: où sont les élus?

En réaction à l’éditorial de Pierre Asselin : «L’angle mort du système de santé», paru le 3 août

À titre de président de l’Ordre des dentistes, je tiens à préciser que le rôle de l’Ordre est de protéger le public et de s’assurer qu’il puisse avoir accès à des soins de qualité .

L’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) a toujours dit que les enfants auraient accès à des soins en cas d’urgence, et ce en toute circonstance. 

L’Ordre a pour mandat de s’assurer que les dentistes vont respecter leur Code de déontologie.

Les élus du Québec donnent l’impression d’avoir une fascination à utiliser les dentistes pour leurs propres besoins politiques.

Ils ont refusé de déposer une loi pour moderniser le champ de pratique, ils refusent de couvrir les actes dentaires médicalement requis pour nos citoyens les plus vulnérables, ils n’osent pas parler de fluoration de l’eau potable, ils viennent tout juste de considérer donner accès aux dentistes au dossier santé Québec (DSQ), et ce, après plus de sept ans de revendications, mais ils donnent des bonus aux médecins et passent en urgence une législation pour permettre aux pêcheurs d’acheter de la bière avant 10 heures du matin.

Malheureusement la santé buccodentaire est constamment ignorée lorsqu’il est question de législation et de couverture publique des soins, et ce, par tous les partis politiques, sauf si cela peut leur bénéficier.

Y a-t-il une élection qui s’en vient?

Dr Barry Dolman, Président de l’Ordre des dentistes du Québec