R.I.P. Bernard Paquet

Il était une fois un sacré bon gars. Il était une fois mon ami. Il était une fois Bernard Paquet. Je pourrais être long. Je serai court. Mais sincère. Et triste. Il était une fois quelqu’un qui nous a marqués. Qui nous manque déjà. Qui nous manquera. Bernard Paquet a été un mentor pour plusieurs, si jamais on veut parler de communication. Comme cofondateur de chez Cossette, la grande agence de publicité, il a fait sa marque de bien des façons. Comme ami il laissera sa marque comme quelqu’un de très entier, très fidèle, et ne laissera personne indifférent. Si vous avez croisé Bernard, vous vous souvenez de Bernard. Et, j’insiste, pour de bonnes raisons. De très bonnes raisons. Je pense à Colette, à Anne-Pierre, à Christian. Aux petits. Je sais que déjà il veille sur vous. Bernard, salut mon ami.

Jean Brouillard

Québec

+

LES ROBOTS DU SYSTÈME 

Dans la fonction publique, les notions de responsabilité et d’imputabilité n’existent pas. Une fillette de 7 ans meurt à Granby. Plusieurs intervenants l’ont échappé, mais c’est la faute à personne. L’enquête conclut que tout le monde a fait de son mieux et que c’est la faute au système. Tout le monde peut dormir tranquille, sans subir le moindre reproche ou remise en question. Comme toujours, la bureaucratie se dit toutefois prête à travailler très fort à l’amélioration des méthodes, processus et protocoles, ainsi qu’à assurer un meilleur service, pourvu que l’État lui en donne les moyens. Dans un système revu et corrigé, les humains qui y travaillent pourront appliquer ce que le CIUSSS appelle de meilleures pratiques convenues et continuer à ne pas utiliser ce qui me semble pourtant un prérequis essentiel : le jugement.

Serge Parent

Québec