Révolte commandée

Lettre à M. Régis Labeaume, maire de Québec
Étant chauffeur au sein du RTC depuis 26 ans, c'est avec stupeur que j'ai pris connaissance de vos propos lors d'une récente mêlée de presse. Vous mentionniez qu'advenant une grève générale des chauffeurs (res), vous dénonceriez les conditions avantageuses de ceux-ci afin d'alimenter la révolte des citoyens. Dois-je vous rappeler que la presque totalité des révoltes connues survenues au cours de l'histoire se sont accompagnées d'actes de violence? Est-ce que c'est ce que vous souhaitez? N'avez vous pas tiré de leçon face aux évènements survenus récemment dans une mosquée? Je souhaite sincèrement qu'il n'arrive rien de fâcheux à mes collègues d'ici à ce que la situation conflictuelle prenne fin.
Gino Dupuis, Québec
***
Le prix du silence
En réaction au texte «Les référendums municipaux et la voie du petit nombre», paru le 6 mars
D'aucuns ne sauraient s'opposer à ce qu'on réévalue le référendum comme mode de consultation populaire afin d'en réviser les modalités d'utilisation et d'en réserver l'application à certains projets d'urbanisme plutôt qu'à d'autres.
Toutefois, en bannir l'utilisation en prenant d'emblée, comme le suggère l'auteur, «que la majorité favorable à un projet n'ira pas voter» et en prétextant que les référendums ne sont que «la voix d'un petit nombre» et «l'apanage du camp du NON!» équivaudrait à «jeter le bébé avec l'eau du bain». Winston Churchill disait de la démocratie qu'elle est «un mauvais système mais... elle est le moins mauvais des systèmes!» Et si la démocratie municipale exige, de la part des élus, qu'ils informent adéquatement les citoyens sur les impacts des projets d'urbanisme qui les touchent et qu'ils mettent en place des mécanismes de consultation/décision rigoureux, elle requiert en contrepartie, de la part des citoyens, qu'ils assument leur responsabilité de se faire entendre et, le cas échéant, de voter. Ce n'est pas tant du côté des citoyens qui «veillent au grain» que le bât blesse que du côté des «silencieux» qui s'abstiennent par manque d'intérêt ou par indifférence. Et à défaut de mieux, le référendum restera toujours le seul mécanisme qui confère aux citoyens un réel pouvoir sur des dossiers qui les concernent directement. 
Jean-Paul Plante, La Malbaie