Responsabilité partagée

À suite de l'incident majeur survenu au restaurant Le Tapageur de Sherbrooke, où Pierre-Simon Canuel a souffert d'une allergie alimentaire, il sera dorénavant nécessaire de bien identifier l'allergie en question par un questionnaire préalable et une documentation comme il en est pour les hôpitaux, les pharmacies, les compagnies d'aviation, certains hôtels lors de réunion de groupe. Les cas d'allergie sont nombreux et en croissance. Il devient, pour ces raisons, important d'y donner suite.
Ainsi, je verrais bien que le service de restauration produise un petit document dans lequel serait demandé si le client a une allergie alimentaire, laquelle, et s'il a avec lui, en sa possession, le traitement par EpiPen. Le client cocherait oui ou non. Ici la responsabilité serait pleinement partagée.
Par ailleurs l'établissement aurait toujours le droit d'annoncer qu'il n'a pas la structure, l'organisation ou l'équipement pour donner un tel service.
Carol Villeneuve, Québec